Mes rêves... la vie en Rose Tribune d'expression au féminin

Saluons le duo homme femme dans l’entreprise…

Ecrit par wimadame

Manuela Garampon, cofondatrice et COO de Club Freelance, répond aux questions de wimadame

wimadame, Manuela un esprit bien sympa.  Saluons le duo homme femme dans l’entreprise…

  • Faites-vous partie d’un réseau de femmes entrepreneuses et si non pourquoi ?

Pas encore, mais cela fait partie de mes projets.
J’ai à cœur de promouvoir l’entrepreneuriat féminin et je suis convaincue des bienfaits que peuvent apporter ce type de réseaux en matière de rencontres humaines et de partage d’expériences.

  • Retour sur votre parcours et expliquer vos choix de carrière

Si je devais résumer mon parcours en deux mots, je dirais « rencontres » et « opportunités ».

Quand j’ai commencé mes études, je n’avais pas une idée concrète de ce que je voulais faire. J’ai commencé par faire des études de droit, puis j’ai complété mon cursus avec des études de commerce. Une fois mon diplôme en poche, j’ai fait mes valises et je suis partie à Bangkok, où j’ai commencé à travailler au service commercial de l’Ambassade de France, puis j’ai basculé sur un autre poste, qui m’a fait découvrir le recrutement.

Je suis ensuite rentrée en Europe, à Londres, où j’ai travaillé pendant une quinzaine d’années au sein d’un grand cabinet de recrutement anglais. L’expérience a été très formatrice, mais l’environnement de travail était assez rude, et pas toujours totalement en accord avec mes valeurs.

En 2014, l’un de mes clients, DSI d’un grand groupe international, m’a proposé de m’associer avec lui pour créer notre propre structure de recrutement, spécialisée dans le sourcing de consultants indépendants dans la tech et l’informatique. L’idée était de proposer un service différent de ce qui existait déjà sur le marché : plus humain, et plus moderne.

Je n’avais jamais eu l’ambition de créer ma boîte, mais j’ai décidé de saisir l’opportunité et de me lancer ! Nous avons donc créé Club Freelance.

Ensuite, tout est allé très vite : en 5 ans, l’entreprise est passée de 3 personnes à une quarantaine, nous avons désormais 4 bureaux (à Londres, Paris, Barcelone et Tunis), et nous avons enregistré un chiffre d’affaires de plus de 15 millions d’euros l’an dernier !

C’est une formidable aventure entrepreneuriale qui me fait grandir un peu plus chaque jour. J’ai réellement l’impression de créer de la valeur, avec un modèle d’entreprise à la fois sain et profitable. Nous sommes très orientés digital, mais mettons les outils au service de l’humain, et je pense que nous pouvons nous féliciter d’avoir créé un environnement de travail bienveillant et convivial.

Et c’est d’ailleurs la recette de notre succès : le talent et l’engagement des membres de la « tribu » que nous avons constituée sont le secret de notre performance.

  • Y a-t-il une énergie au féminin ou travaillez-vous comme tout le monde ? Quelle est votre valeur ajoutée en tant que femme ?

Je pense qu’il y a autant de types d’énergies et de sensibilités que d’hommes et de femmes sur terre, mais effectivement beaucoup de femmes ont une intelligence émotionnelle développée, et une forte capacité d’écoute. Des qualités très importantes dans le monde du recrutement…

Je suis également persuadée que le fait que le monde du travail soit globalement moins favorable aux femmes a le mérite de les rendre plus combatives. Pour nous faire une place, nous devons nous accrocher.

Mais je suis convaincue que les hommes et les femmes sont fondamentalement complémentaires. Beaucoup d’hommes ont par exemple cette capacité à “foncer” et à prendre certains risques, qui sont des aptitudes tout aussi précieuses en entreprise.

Au-delà du sexe, je pense que la diversité de manière générale (parcours, profils variés…) est créatrice de valeur.

  • Comment parvenez-vous à concilier vie personnelle et professionnelle ?

Je pense que c’est un vrai challenge pour les femmes actives aujourd’hui.

Personnellement, je considère mon travail comme un plaisir et non comme une contrainte. Mais il est vrai que pendant longtemps j’ai eu tendance à culpabiliser car je veux toujours faire de mon mieux, au travail et dans ma vie perso.

Les clefs, selon moi, sont de :

  • Savoir bien s’entourer, pour déléguer au maximum tout en accordant une grande confiance
  • Prioriser pour faire la part des choses
  • Relativiser ! Tout problème a une solution

J’ai aussi appris à m’appuyer énormément sur les moyens digitaux, qui sont de formidables outils, pour être joignable n’importe où et n’importe quand. Ceci dit, quand je suis avec mes enfants, je sais aussi poser mon téléphone et déconnecter pour passer des moments de qualité avec eux.

Propos recueillis par Martine Abbou

Vous avez aimé cet article, devenez membre, inscrivez-vous gratuitement à la Tribune d’expression au féminin