J’aime ce mois-ci Tribune d'expression au féminin

Pourquoi pas vous ?

Ecrit par wimadame

16 novembre 2019 : une journée pour découvrir les métiers d’officiers en gendarmerie

Le centre d’information et de recrutement de la Gendarmerie de Paris organise une grande journée d’information sur les carrières d’officiers le 16 novembre à la caserne Vérines, 12 place de la République à Paris, de 10h00 à 17h00.

 

L’occasion, pour le grand public, tout particulièrement les étudiants et les jeunes diplômés, de tout connaître sur les possibilités offertes par la carrière d’officier de gendarmerie. Un métier à responsabilités, varié, passionnant, dynamique à la rémunération attractive et évolutive avec de nombreux avantages.

La journée portes ouvertes représente l’occasion exceptionnelle de rencontrer et d’échanger avec des officiers en poste et des élèves en cours de formation. Ils seront à la disposition des visiteurs pour répondre à leurs questions, présenter leur métier, leur parcours de carrière, etc.

Des conférences seront également organisées sur de nombreux thèmes : le commandement opérationnel au féminin, l’officier et la sécurité publique générale, l’officier en soutien des unités opérationnelles, l’officier expert du domaine informatique, …

Les années 80, une période charnière pour les femmes en Gendarmerie

Être aux services des autres, devenir gendarme ce n’est pas seulement une carrière…

1987, la Gendarmerie nationale ouvre ses portes aux femmes. Cette année-là, en effet, Isabelle Guion de Méritens, venant de l’école Saint-Cyr, choisit la Gendarmerie pour faire carrière. C’est la première femme officier en Gendarmerie. Depuis 2013, elle est aussi la première femme à être nommée officier général de Gendarmerie.

Avec la professionnalisation des armées voulue par le Président Jacques Chirac, la féminisation des armées va encore s’accélérer. Lorsque seront créés les premiers corps de Gendarme Adjoint Volontaire, bien entendu, les femmes ne seront pas oubliées. Certaines d’entre elles seront d’ailleurs affectées dans les Centres d’Information et de Recrutement (CIR) pour représenter les femmes dans la Gendarmerie nationale et convaincre encore plus de femmes de servir dans l’institution. C’est grâce à la création des GAV que la féminisation de la Gendarmerie nationale va bondir. En 2005, il y a 12% de femmes (dont un nombre important en tant que GAV).

Témoignage de Corinne, 27 ans, Lieutenante en brigade de recherches (BR) à Coulommiers (77)

« Après un baccalauréat scientifique, j’ai intégré l’institut d’études politiques (IEP) de Grenoble, où j’ai rapidement rejoint un double cursus franco-allemand. Entre mes 2 années de master, j’ai fait une année de césure. J’ai ainsi découvert l’armée de terre au travers du partenariat grandes écoles (PGE). Grâce à ce programme, j’ai approché le monde militaire pendant six mois comme officier. Une expérience au ministère de la Justice est venue compléter cette césure. Déjà attirée par les métiers de la justice et des forces de l’ordre, cette volonté de servir l’intérêt général et travailler pour l’État s’est confirmée. Ces différentes expériences m’ont alors amené à privilégier la gendarmerie. Après une année de préparation à l’institut d’études politiques de Paris, j’ai intégré la gendarmerie nationale par le concours universitaire. Deux années de formation à l’école des officiers de la gendarmerie (EOGN) ont orienté mon choix vers le domaine de la police judiciaire, et plus précisément de la brigade de recherches de Coulommiers (77) en première affectation. Les missions du quotidien sont extrêmement diversifiées, de la gestion administrative et financière, au management d’une quinzaine de personnes jusqu’au suivi des enquêtes criminelles et délictuelles, aucune journée ne ressemble à la précédente ».

Contacts :
Major Pascal DESSEIN (CIR PARIS) : 01.85.56.25.51
Adjudant-chef Christophe CARLIER (CIR PARIS) : 01.85.56.25.50
Vous avez aimé cet article, devenez membre, inscrivez-vous gratuitement à la Tribune d’expression au féminin