Revue de presse internet & news Tribune d'expression au féminin

Revue de presse internet & news – janvier 2018

Ecrit par wimadame

Un peu partout sur la toile :

– Dynamisme économique confirmé en Europe mais surtout aux États-Unis. Avec l’allégement fiscal, les mesures prises sur l’emploi, la politique américaine est désireuse de réinjecter 1400 milliards dans l’économie sur dix ans.

– Le baromètre annuel du crowdfunding établi par le cabinet KPMG et l’association sectorielle Financement Participatif France a été publié. Cette alternative au financement doit une fois encore faire face à un environnement réglementaire plus complexe qu’aux États-Unis. Les chiffres de l’année écoulée sont plus qu’encourageants pour le secteur et confirment l’engouement pour ce mode de financement. Avec une hausse de 44%, les montants collectés en France sur les plateformes de financement participatif ont en effet atteint les 336 millions d’euros ! Parmi les plateformes qui ont participé à l’étude, ClubFunding, leader français des plateformes de prêts par obligations, a sur-performé avec une croissance de 300%. En 2017, ClubFunding a ainsi permis à 30 PME françaises de se financer via l’émission d’obligations sur sa plateforme pour plus de 12 millions d’euros.

Quelles activités peuvent être exercées en micro-entreprise ? Pas encore simple mais le mieux est -il en route ?

La micro-entreprise bénéficie depuis le 1er janvier 2016 d’un régime unique et simplifié. Ainsi tout demandeur d’emploi, étudiant, salarié, fonctionnaire, profession libérale ou retraité peut facilement créer son activité, même en la cumulant avec un salaire ou une pension de retraite. Mais quelles sont les activités autorisées par ce statut ? Et offre-t-il la possibilité d’exercer plusieurs activités ? Un micro-entrepreneur peut exercer toutes activités artisanales, la plupart des activités commerciales et certaines activités libérales. Les micro-entreprises doivent être immatriculées au registre du commerce et des sociétés.
En revanche, un entrepreneur qui crée une entreprise de services à la personne (SAP) et qui propose plusieurs activités, dont des travaux de petit jardinage, peut relever de la sécurité sociale indépendants et de fait exercer en tant que micro-entrepreneur, aux conditions suivantes :
– l’activité de jardinage doit avoir une caractère non exclusif
– les autres activités de service déclarées (commerciales, artisanales ou libérales) doivent avoir un caractère prépondérant par rapport à l’activité de jardinage. Voir la circulaire RSI n°2011-023 du 1er décembre 2011.

Quid pour Les activités libérales ?
– Les professions juridiques et judiciaires : notaires, officiers ministériels, publics et des compagnies judiciaires (avoués près les cours d’appel, huissiers de justice, commissaires-priseurs judiciaires, etc.), avocats, les professions de la santé : médecins, chirurgiens-dentistes, pharmaciens, sages-femmes, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues, orthophonistes, orthoptistes, vétérinaires, les agents généraux et d’assurances, les experts-comptables et commissaires aux comptes.
Les activités relevant de la TVA immobilière : marchands de biens, lotisseurs, agents immobiliers, un administrateur de biens qui réalise uniquement des opérations de gestion d’immeubles pourra bénéficier du régime du micro-entrepreneur. Par contre, ce ne sera pas le cas s’il réalise également des opérations telles que la vente d’immeubles, de fonds de commerce…

(Source Ministère de l’économie et des finances)

Relevé pour vous :

– Connaissez-vous les GAFA ? De toute évidence oui…

Discrètement, mais surement, Google, Amazon, Facebook et Apple sont entrain de contrôler tout le e-commerce mobile. Aurons-nous encore le choix du site sur lequel acheter ? Benoit Gaillat propose une solution pour que les commerçants Français reprennent le pouvoir sur leur e-commerce.

– Erik Brynjofsson Andrew Mc Affee :

« Travail et prospérité à l’heure de la révolution technologique ? Qu’est ce qui va entrainer l’augmentation du Pib par têtes ? L’essentiel va être d’augmenter la productivité, non pas cette fois sur la productivité du travail en heure, mais via l’innovation en matière de technologie et de technique de production. Il ne s’agit plus de travailler plus mais mieux et différemment. Il nous faudra surtout bannir les périodes de pessimisme. »

– Indépendance et Liberté :

Ce sont aujourd’hui des millions de personnes qui en France et ailleurs, souhaitent travailler à leur compte. Ces désirs nouveaux vont considérablement bouleverser nos vies. Pensez-vous que la nouvelle génération souhaite voler de ses propres ailes ? Une génération du « être heureux » et qui n’a plus forcément envie de la sécurité de l’emploi. Cela va donner quoi ? Désireux aussi de gagner plus d’argent, le sens du challenge, l’école va t’elle devoir s’adapter ? Et comment ?

– Embaucher un millénial ?

Bonne nouvelle, ces jeunes sont très motivés et enthousiastes, un peu plus que leurs aînés. C’est une génération hyper-connectée aux technologies, ils aiment leur entreprise et sont authentiques envers leur employeur qui respecte leur implication.