Coup de projecteur sur...

Faciliter le télétravail : un enjeu à venir !

Le télétravail n’est plus une lubie de sociologues prospectifs ! Il est bel et bien là. Alors autant en prendre son parti, pour les salariés, comme pour les directions d’entreprises. Et l’organiser de façon à ce que chacun y trouve son compte.

Côté salariés…

C’est chez les salariés qu’il semble être, à priori, le plus apprécié : réduction à zéro du temps de trajet entre domicile et travail, disparition des aspects négatifs des aléas de la circulation et des transports en commun, gain indiscutable en flexibilité au niveau des horaires de travail… A contrario, les télétravailleurs peuvent subir plus qu’ils ne le désirent un certain isolement, un éloignement du centre de décision.

Côté directions…

Pour les directions, le télétravail peut représenter une économie financière au point de vue immobilier professionnel : les locaux pour accueillir les salariés représentent dans les grandes villes de lourdes charges… Lors de mouvements sociaux dans les transports par exemple, ou quand d’autres évènements, météorologiques par exemple, se produisent, le télétravail permet d’assurer une certaine continuité de l’activité de l’entreprise.

Vive le télétravail ?

Si le télétravail semble avoir fait un grand pas ces dernières années, c’est grâce à l’évolution des mentalités certes, mais pas uniquement. Il faut ajouter que l’assouplissement de la législation concernant ce mode de travail, intervenu en 2017, a également contribué au développement du travail à distance. Ce qui a aussi été très porteur pour le télétravail, ce sont les possibilités ouvertes par la révolution des technologies de la communication : sans internet, les réseaux sociaux internes, les plateformes d’échange, les systèmes d’information adaptés… rien n’aurait été vraiment possible ! Résultat, aujourd’hui, un cadre sur sept télétravaille quelques jours ou quelques demi-journées par mois. Près de 1,8 million de télétravailleurs serait ainsi comptabilisé en France, soit 7 % des salariés (analyse de la Dares, de novembre 2019).

Le télétravail, oui, mais…

C’est sur les outils digitaux qui permettent ce télétravail que la société Systancia, l’expert français de la cybersécurité et de la virtualisation d’applications, s’est spécialisé. Comment organiser la relation entre le télétravailleur et son entreprise, et ses collègues ? De cela dépend l’efficacité, et donc la rentabilité de ce mode de travail. Par le biais de la solution Systancia Gate Service, trois aspects fondamentaux sont traités.

La sécurité digitale

Les échanges entre collègues ou avec des partenaires se font hors du cadre contrôlé des locaux de l’entreprise. Souvent aussi, ils sont menés depuis un matériel informatique non intégré à la sphère de l’entreprise, depuis un ordinateur personnel, par exemple. La sécurité des données doit donc être assurée dans ce cadre élargi.

La gestion des données

Il faut aussi que les caractéristiques du système d’information créé au sein de l’entreprise puissent être toujours valides dans le cas du télétravail. En somme, que les autorisations et restrictions d’accès aux différents types de données transitant au sein de l’entreprise, soient gérées de la même manière, à distance et dans les locaux.

La nécessaire efficacité

C’est la rentabilité du télétravail qui a souvent expliqué la frilosité des équipes dirigeantes à le mettre en place : loin des yeux, loin du… Bref, aujourd’hui, le télétravailleur, pour faire mentir cet adage, doit disposer des mêmes outils de travail que dans son environnement de travail traditionnel. Performance et ergonomie, et ce où qu’il soit et quel que soit le matériel utilisé pour produire comme pour échanger, sont indispensables. C’est pourquoi Systancia Gate Service propose la mise en place d’une plateforme d’accès de télétravail opérationnelle en deux heures !

En savoir plus
www.systancia.com

Contact : Systancia SA
3, rue Paul Henri Spaak
68390 Sausheim
Tél. : +33 (0) 389 335 820
https://marketing.systancia.com/acton/media/33519/systancia-demande-de-contact