Média

Le small business acte en réseaux, une solution!

Les Européennes ne sont pas toutes logées à la même enseigne en ce qui concerne la vie de couple, les enfants ou le travail. Retour sur ces différentes réalités à travers les chiffres clés communiqués vendredi 4 mars par Eurostat, l’office européen de la statistique.

1.      Sept fois plus de mères européennes célibataires que de pères célibataires

2.      17% d’Européennes célibataires sans enfant

3.      4% d’Européennes avec enfants

4.      20% des Françaises célibataires sans enfant

5.      4,7% des Françaises célibataires avec enfants

6.      75,8% des Européennes de 25 à 54 ans, sans enfant, ont un emploi

7.      71,3% des Européennes avec un enfant ont un emploi

8.      69,2% des Européenes avec deux enfants ont un emploi

9.      54,7% des Européennes avec trois enfants ou plus ont un emploi

10.  78,7% des Françaises de 25 à 54 ans, sans enfant, ont un emploi

11.  78% des Françaises avec un ou deux enfants ont un emploi

12.  58,9% des Françaises avec trois enfants ou plus ont un emploi

– 65% des Européennes et 66,5% des Françaises de plus de 15 ans déclarent avoir un bon ou très bon état de santé

– 24% des Européennes et des Françaises déclarent avoir un assez bon état de santé

– 11% des Européennes et 9,5% des Françaises déclarent avoir un mauvais ou très mauvais état de santé

Les petites entreprises dépendent des entrepreneurs, ces personnes chez qui germent les idées et qui sont prêtes à prendre les risques nécessaires pour faire décoller une entreprise. L’Europe a besoin de davantage de personnes de ce genre. C’est pourquoi la Commission se penche sur les moyens d’encourager les entrepreneurs potentiels à créer leur société.

Il existe tout d’abord des facteurs culturels qui découragent de trop nombreuses personnes de lancer une entreprise. Nous devons développer une plus grande culture de l’esprit d’entreprise, en commençant par les jeunes et l’éducation scolaire . Trop souvent, aussi, l’échec est stigmatisé. Ensuite, il y a les exigences administratives qui, à leur tour, découragent les entrepreneurs. Enfin, il s’agit de faciliter l’accès des entrepreneurs aux investisseurs.

La Commission coopère avec les États membres en vue, surtout, de faciliter le partage d’expériences et de promouvoir l’esprit d’entreprise. Elle a également lancé des campagnes de promotion, à l’instar de la semaine européenne des PME, afin de donner une meilleure image du “métier” d’entrepreneur.

Certains groupes de la société, comme les personnes issues de minorités ethniques, sont confrontés à davantage d’obstacles que les autres lorsqu’ils veulent créer une société. La Commission s’emploie tout particulièrement à les aider à surmonter ces obstacles. D’autres formes d’entreprises, comme les coopératives, peuvent contribuer de manière significative à la croissance économique. D’autres encore, dans le secteur de l’artisanat, par exemple, peuvent être confrontées à des problèmes spécifiques. La Commission veille à ce que des mesures appropriées soient prises pour éviter que ces entreprises soient désavantagées sur le marché européen.

Toutes les actions en faveur des PME et de l’esprit d’entreprise sont regroupées au sein d’un cadre unique et complet, le “Small Business Act” pour l’Europe (SBA), que les États membres se sont engagés à mettre en œuvre aux côtés de la Commission.

source eurostat/Fondation schumann

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire