Voir grand et loin

L’inéluctable “engagement” des entreprises !

Ecrit par wimadame

Texte rédigé par Caroline de la Marnierre
DG et fondatrice de l’Institut du Capitalisme Responsable

95% des Français – un plébiscite ! – comptent sur les entreprises pour qu’elles se mobilisent sur les principaux enjeux planétaires, aux côtés de l’Etat. Alors qu’un grand nombre d’études font état d’une certaine défiance vis à vis d’elles, ce score sans appel lui confère néanmoins un rôle et une capacité d’action absolument essentiels.

A l’aube des restitutions du Grand Débat National et dans le cadre de la loi PACTE, il s’agit d’un résultat particulièrement significatif de l’enquête lancée par l’Observatoire de la Matérialité (Institut du Capitalisme Responsable), porté par 6 grands groupes partenaires – Air Liquide, ENGIE, Michelin, Sanofi, Solvay, SUEZ – auprès des citoyens Français, Allemands et Polonais.

États et entreprises, co-responsables

Quels sont les enjeux prioritaires pour les 10 prochaines années ? L’environnement est l’enjeu n°1 des Français (52%), devant l’Emploi (31%). Et sur ces 2 priorités, pour les citoyens, l’entreprise doit agir – de concert – avec l’Etat. Ainsi, ils placent ces 2 acteurs majeurs loin devant les autres (ONG, chercheurs, collectivités locales…) pour agir sur la qualité de l’air, le climat ou la raréfaction des ressources, ainsi que sur la réduction des inégalités, la création d’emploi et l’insertion.

En France, les citoyens prêtent à l’Entreprise une motivation essentiellement guidée par les impacts sur son business et son image, alors que les Allemands y voient des gisements d’opportunités, quand les polonais reconnaissent un levier de créativité et de compétitivité.

Tous pays confondus, les citoyens (à 71%) veulent pouvoir mesurer les actes, concrets et vérifiables des entreprises, accordant moins de crédit à l’information qu’elles diffusent. Ce qui n’est pas complétement surprenant.

Les années des preuves

Tiraillée entre la survie dans un monde global et ce qui relève de l’injonction sociétale, l’entreprise navigue souvent par temps de tempête. Elle doit nourrir une impérative vision de long terme avec des investissements lourds, selon une très faible visibilité. Les promesses et les engagements se multiplient, les plans d’actions se déploient, les résultats sont attendus… ils seront évalués.

Faisant face à des enjeux plus nombreux, d’une plus grande ampleur et plus pressants, la société civile en a conscience : elle est entrée dans une phase de transition accélérée. Elle porte indéniablement une attention toute particulière à la marche engagée vers un capitalisme plus responsable… Nous en sommes convaincus, que ce soit pour l’entreprise ou pour la société civile, la responsabilité d’aujourd’hui portera les profits de demain.

Les citoyens réclament l’acte 2 !

 

Cette étude 2019 a été menée fin 2018 par l’@IFOP, à l’initiative de l’Observatoire de la Matérialité – Think & do tank de l’@Institut du Capitalisme Responsable – et de 6 groupes partenaires : Air Liquide ENGIE, Michelin, Sanofi, Solvay, SUEZ

N’oubliez pas de vous inscrire pour notre prochain déjeuner : inscription