Tribune d'expression au féminin

Un Cœur pour la Paix

by Muriel HAÏM

Refuser la fatalité, se battre pour que les enfants palestiniens malades du cœur aient accès aux meilleurs soins, c’est la mission d’Un Cœur pour la Paix.

Un Cœur pour la Paix sauve des enfants palestiniens malades du cœur et rapproche Israéliens et Palestiniens par des actions dans la santé et l’éducation. Onze ans plus tard, la Paix n’est pas au rendez-vous mais ces enfants sont la preuve vivante qu’une coopération existe entre médecins israéliens et palestiniens à Jérusalem et en Cisjordanie. Coopération qui étonne toujours les nombreux visiteurs tant politiques que journalistes qui viennent se rendre compte à l’hôpital israélien Hadassah de Jérusalem de ce qui se passe dans la vraie vie.

Un Cœur pour la Paix est né d’un constat : des enfants palestiniens atteints de malformations cardiaques congénitales ont besoin d’être opérés et il n’existait pas de service chirurgie cardiaque pédiatrique en Palestine. En 4 mois de mai à septembre 2005, Un Cœur pour la Paix se crée pour organiser et financer complètement un programme de la prévention au traitement des enfants. A ce jour plus d’un enfant par semaine, soit à ce jour 687 enfants ont été opérés gratuitement par des médecins israéliens et palestiniens travaillant la main dans la main pour sauver ces enfants. Nous n’avons jamais eu un enfant arrêté à un check point, un parent accompagne toujours nos petits patients.

Notre bilan, à ce jour :

Notre bilan tient en quelques chiffres :

  • 687 enfants palestiniens atteints de malformations cardiaques sévères opérés gratuitement à l’hôpital israélien Hadassah de Jérusalem par des équipes mixtes de médecins israéliens et palestiniens, , soit plus d’un enfant par semaine. 20% des enfants viennent de Gaza, 80% de Cisjordanie.
  • 1200 échocardiographies réalisées chaque année en Cisjordanie
  • 5 médecins palestiniens formés à l’échocardiographie et/ou au cathétérisme
  • 197 médecins généralistes formés au besoin de dépistage précoce
  • 2 conseillères en génétique palestinienne formées et deux techniciens, un en échocardiographie et un en stress test et holter
  • Soutien pendant 3 ans à un centre de cardiologie pédiatrique à Ramallah, appartenant à une équipe palestinienne, formée par Un Cœur pour la Paix, qui prend en charge les enfants souffrant de pathologies cardiaques de la moitié nord de Cisjordanie. Ce centre a été inauguré le 21 octobre 2012 en présence de la gouverneure de Ramallah.  Un cardiologue pour adultes complète l’équipe. Ce centre est autonome financièrement depuis mai 2015. C’est donc un amorçage réussi, le transfert de compétence et l’autonomisation ont fonctionné.  Le premier mars 2015, un autre médecin palestinien formé par Un Cœur pour la Paix a ouvert une seconde consultation de cardiologie pédiatrique de pointe palestinienne, à Hebron cette fois.  Nous avons aussi fourni du matériel pour cette consultation et nous finançons le loyer pendant 3 ans.
  • Un système de permanence de nuit organisé pour permettre aux enfants malades du cœur de Cisjordanie d’être hospitalisés la nuit à Hadassah.
  • 4 groupes de paroles entre mères israéliennes et palestiniennes.
  • Un médicament fourni, la Prostine, pour stabiliser les enfants pendant leur transfert en ambulance.
  • 6 échocardiographes portables fournis pour permettre le diagnostic et le suivi en post opératoire en Cisjordanie.
  • 1 starboard, une sonde œsophagienne, une sonde de dépistage fœtal pour permettre les diagnostiques ante natals, fournis.

Sans oublier le développement d’une réelle coopération entre médecins israéliens et palestiniens à l’hôpital et en dispensaires. Nous avons établi une coopération avec l’hôpital Yamama de Bethlehem, l’hôpital du Croissant Rouge, l’hôpital Saint-Joseph de Jérusalem Est, les dispensaires de l’Autorité palestinienne et des Nations Unies en Cisjordanie, dans le développement d’une reconnaissance de l’Autre. En effet, quand dans une même chambre une mère palestinienne et une mère israélienne se penchent sur leur enfant qui souffre, il se passe quelque chose de l’ordre de l’humain. La souffrance d’un enfant n’a pas de nationalité, celle de sa mère non plus.

Les bénéficiaires sont les enfants, les femmes et les familles palestiniens ainsi que les médecins formés, mais ce sont aussi les sociétés israéliennes et palestiniennes qui apprennent à mieux se connaitre.

Devenez nos ambassadeurs et venez nous rencontrer sur uncoeurpourlapaix.org

A l’hôpital Hadassah, l’ennemi c’est la maladie…

Docteur Muriel Haïm
Présidente de l’association Un Cœur pour la Paix