Réflexions, conseils & business Tribune d'expression au féminin

Envie d’entreprendre en toute sécurité ?

Ecrit par wimadame

by Maryline Gerlach

Si vous lisez ces lignes, vous êtes entrepreneuse de votre propre vie, souhaitant aller de l’avant tout en préservant l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle.

Vous envisagez peut-être de lancer votre propre activité, vous vous sentez compétente, vous débordez d’idées, l’autonomie vous tente, mais… comme beaucoup d’aspirants à l’entreprenariat vous redoutez les lourdeurs administratives et la complexité des démarches à effectuer. Vous craignez peut-être la « double peine » en cas d’échec : déception professionnelle et absence d’indemnisation chômage.

Si votre projet concerne une prestation de conseil, de formation, de coaching, vous pouvez envisager le portage salarial pour vous débarrasser de ces soucis et vous focaliser sur ce qui fait le sel de l’entreprise : votre projet et sa commercialisation.

Avez-vous pensé au portage salarial?

Vous trouvez vos ou vos clients et définissez avec eux la prestation et son tarif en toute autonomie.

Vous confiez à la société de portage de votre choix le soin de facturer, de recouvrer vos honoraires selon vos instructions.

Ceux-ci sont transformés en bulletins de paie. Vous êtes ainsi salariée du régime général. Vous cotisez au chômage, à la retraite, au régime général de la sécurité sociale.

Pour plus de détail sur le mécanisme, vous pouvez cliquer sur ce lien.

La loi El Khomri a donné ses lettres de noblesse à cette nouvelle façon de travailler en créant une branche professionnelle spécifique.

Comment le portage salarial se compare-t-il avec d’autres statuts?

Si vous êtes micro-entrepreneur vous payez environ 25% de charges mais votre chiffre d’affaires est très limité, vous ne pouvez pas déduire vos frais, vous payez une cotisation foncière, votre protection sociale est faible et vous devez assurer vous-même la facturation et son suivi. Le statut perd peu à peu sa simplicité avec pour 2018 un projet d’assujettissement  à la TVA au-delà d’un certain seuil de chiffre d’affaires.

Si vous créez votre propre société la protection sociale est également bien inférieure à celle d’un salarié, sans compter le coût temps/argent de l’administratif.

En portage salarial, vous percevez entre 45 et 50% de vos honoraires parce que vous payez les charges patronales et salariales qui vous donnent la qualité de salarié. Vous pouvez déduire vos frais comme si vous aviez votre propre entreprise.

La société de portage perçoit quant à elle une commission, en général autour de 8% à 15%. Les taux affichés descendent parfois jusqu’à 2,5% mais il faut être attentif à la nature et la qualité des services proposés.

Comment choisir sa société de portage salarial?

Assurez-vous que votre société de portage a une bonne compréhension de vos enjeux et qu’en plus de son savoir-faire administratif et financier elle peut vous faire bénéficier de son expérience business. Peut-elle par exemple vous suivre à l’international ? Facturer une formation sans TVA ? Faciliter vos soumissions à appels d’offre ou vos référencements auprès des grands comptes ?

Bref, est-elle un véritable partenaire qui vous aidera à voler de vos propres ailes ?

L’auteur de cet article est Maryline Gerlach, manager de communauté pour les consultants de la société de portage akuit. Son rôle est d’entretenir le lien, permettre à des professionnels souvent isolés de se retrouver pour parler business…ou pas, lors de manifestations ou de formations régulières.

Maryline conjugue vie professionnelle et personnelle en écrivant des romans policiers sous le pseudonyme de Lise Pradère. Elle vient de publier « En Quête d’Elena » .