Non classé

Trouver du travail: une difficulté

Ecrit par Martine Abbou

Nous avons souhaité donner la parole à une jeune fille en colère

Alexandra Poissonnier, vous pouvez la joindre au 0685234136

son métier: Journaliste

Voila sa pensée, nous vous l’offrons: En réalité sans réseaux et sans e-recommandation comment trouver un travail?

” Trouver du travail est très compliqué dans notre société actuelle.
La raison est simple la crise économique qui n’incite pas les entreprises à recruter. Donc, le chômage augmente de plus en plus et l’argent se fait de plus en plus rare. Tout le monde compte à son échelle…Pas de travail pas de moyens de survenir à ses besoins.
À l’époque de nos parents, en pleine période des trente glorieuses, trouver du travail était d’une simplicité déconcertante et surtout dans n’importe quel domaine d’activité.
Aujourd’hui, les jeunes sortent de leurs différentes écoles et après ils ont besoin de montrer leurs compétences avec une grande concurrence et une pression intellectuelle excessive et souvent stressante.
Cependant, le problème reste entier ; les entreprises cherchent des diplômés qui ont une expérience professionnelle mais il faut bien débuter.

Pourtant, avec des critères souvent plus favorables aux employeurs, les entreprises veulent des jeunes pour un mois, voir deux mois car cette personne ne coûte rien, un avantage pour les patrons mais un désavantage dès plus problématique pour les jeunes en recherche de travail.
Cette attitude est induite par l’importance des charges sociales.
Par exemple, en période de prospérité, les entreprises vont chercher des candidats diplômés et prendront beaucoup de temps pour les former.
En période de crise, le système de recherche change catégoriquement car les entreprises choisissent alors des candidats immédiatement disponibles et opérationnels dans le poste à pourvoir.
Il faut souligner un paradoxe dans cette théorie, les entreprises prospères pourront recruter des jeunes diplômés avec des critères plus stricts alors que les entreprises en crise totale ne pourront se permettre de recruter à tords et travers.
La raison est simple : les candidats sont moins enclin à postuler pour une telle entreprise car cela signifie une situation précaire.
Selon une étude, personne n’est épargnée surtout pas les jeunes diplômés qui éprouvent de grandes difficultés à trouver du travail.
Seulement 64% des jeunes diplômés ont réussi à s’insérer dans le monde du travail. Les ingénieurs trouvent plus facilement du travail que les commerciaux et les manageurs.”

wimadame: Et pourtant les entreprises se plaignent de ne pas trouver de bons commerciaux?? mais oui l’avenir est magique pour les ingénieurs.

” Également, pour les filières en droit, un sur deux diplômés est au chômage après ses études. Pourtant, les disciplines médicales s’en sortent fortement bien avec 90% d’engagés.

La difficulté de trouver du travail n’est pas seulement une question de diplômes, d’expérience professionnelle, cela se joue sur un autre critère : le sexe.
Plusieurs études montrent que les femmes ont plus de problème à s’insérer dans le monde du travail. Les femmes diplômées représentent plus de la moitié des demandeur d’emplois.
On peut donner une première explication : majoritairement les femmes s’occupent plus des enfants que les hommes.
Une autre explication peut désigner cette crise chez les femmes comme leur situation sociale, géographique… En plus la plupart des métiers sont plus souvent masculins que féminins et n’occupent pas les mêmes secteurs d’activités.
Enfin, la plus grande complexité est que les femmes doivent concilier leur vie professionnelle et leur vie personnelle. Ce qui n’est pas une mince affaire.
1/4 des femmes sont discriminées au sein de leur lieu de travail pour des raisons de sexe, la carrière de leur conjoint, leur maternité.
Cependant, un point positif est à souligner : l’écart des salaires entre les hommes et les femmes s’est réduit, mais, reste toujours aussi insuffisant.
Pourtant, dans certains secteurs d’activités, les femmes sont supérieures aux hommes. De nombreuses femmes font des études pour obtenir un poste élevé.
Par exemple, les diplômées sont souvent dans des postes de direction comme dans la police, certaines grandes entreprises, les ressources humaines.
Mais, dans d’autres secteurs activités, les femmes sont très rarement représentées car ceux des métiers masculins.

Personne épargné ! Pour cette raison, les jeunes diplômés à la recherche d’un travail essayent de s’insérer. Impossible pour eux ou presque impossible.
Alors ils sont nombreux à décider d’aller s’expatrier dans des pays étrangers.
On constate depuis de nombreuses années, de plus en de jeunes recherchant un emploi vont au Canada, aux Etats-Unis et en Australie.
Actuellement, ces trois pays sont les nouveaux Eldorados.

Par exemple pour travailler au Canada, il faut remplir un questionnaire qui permet de connaître la situation des diplômés et savoir si, il y a du recrutement dans ce domaine d’activité. Si ton dossier est accepté, une solution au problème du travail. Car au Canada, l’immigration est limitée ce qui n’est pas le cas de la France.
C’est toujours un avantage d’avoir une expérience à étranger, ceci peut favoriser l’obtention un travail.
Cependant, les diplômés en langues modernes ne trouvent pas forcément du travail. Pourtant, les enseignants expliquent tout au long du cursus que les langues sont essentielles pour le monde du travail.
D’un côté Oui, en quelque sorte et de l’autre côté cela ne fait pas tout.

La solution est de réduire le chômage, de favoriser l’emploi, de faire confiance aux jeunes travailleurs. Néanmoins, est- ce que les entreprises joueront le jeu ou pas.”

A noter: cette jeune fille est en colère, comme beaucoup de jeunes. Une bouffée d’air! N’est il pas temps de laisser vivre l’esprit d’entreprise et d’entreprendre chez nos jeunes qui souhaitent travailler. Comment établir la confiance et réconcilier Etat et entreprise?