Entrepreneuriat, les Rendez vous professionnels Média Non classé Portraits d'entrepreneurs

Tehani Leprieur, «Happy Women in Tech»

Ecrit par Martine Abbou

Est ce vrai? les métiers du digital n’intéressent pas et ne séduisent pas les femmes? ou peut être un univers qui attire différemment? l’image du digital est positive, présente partout elle séduit aussi beaucoup.

Et si c’était seulement la crainte de ne pas être compétente? wimadame aimerait vous présenter, Tehani Leprieur, Créatrice de la Startup LYYTI France, qui a rejoint le collectif happytech dès sa création en mai 2017.
«Samuel Metias m’a invitée à intégrer le collectif en tant que startup fondatrice, se souvient-elle. J’ai accepté sans hésiter, car la happytech véhicule les valeurs que je porte au quotidien».

Tout au long de la montée en puissance de l’association, Tehani contribue à développer la notoriété du collectif à travers des Events. «Avec LYYTI, je savais comment faire».

Rapidement, elle intègre le comité international de la happytech, avec là encore, la volonté de développer la notoriété de l’association. «Et cela fonctionne, la happytech suscite l’intérêt des pays où le marché du bien-être est développé et, nous sommes de plus en plus contactés par des startups, des entreprises qui veulent s’appuyer sur le modèle de l’happytech française pour transformer le monde du travail».

Toujours prête à relever les challenges, le mandat de Pouya Mohtacham arrivant à son terme, Tehani n’hésite pas une seconde et se présente. Le 9 avril 2019, elle est élue Présidente du collectif happytech.

Sa feuille de route

Valoriser les femmes en Tech : une priorité
L’univers de la Tech est encore trop masculin. Les femmes représentent à peine 10 à 20 % des entrepreneurs, et, du côté des salariés, elles sont à peine 17 % contre 48 % dans l’ensemble des autres secteurs. «La Tech résiste à la féminisation et c’est une erreur. Aussi, je vais profiter de mon mandat pour valoriser les startups créées ou dirigées par des femmes de notre collectif. On entre dans l’ère de la “Happy Women in Tech”.
Développer l’international
Là encore, nous allons renforcer notre présence à l’international. De plus en plus d’entreprises ou de startups sont intéressées par notre collectif et veulent connaitre notre mode de fonctionnement.

Sans oublier le lobbying je vais travailler à faire rayonner encore plus la happytech et faire de la France le pays du bien être en entreprise.” je fais aussi confiance aux belles rencontres.