Edito

Auto-entrepreneur, place aux premières évaluations !

Ecrit par Martine Abbou

yoni Abittan a observé pour vous:

Actuellement en fin de doctorat en Sciences de Gestion à l’université de Versailles St-Quentin en Yvelines, Yoni Abittan est spécialisé dans les problématiques d’innovation, de réseaux d’entreprises et d’entrepreneuriat.

Ses travaux de recherche portent sur les dynamiques relationnelles entre acteurs des pôles de compétitivité français avec un benchmark des modèles d’innovation de la Silicon Valley, d’Israël et du Maroc.

Titulaire d’un Master Recherche en Stratégie et Organisations d’HEC Paris et de l’université de Versailles St-Quentin, Yoni Abittan enseigne dans plusieurs établissements d’enseignement supérieur à Paris et Casablanca où il a réalisé quelques missions de conseil pour le compte de grands groupes et des régions.

Après sa soutenance de thèse prévue en Décembre prochain, Yoni souhaite travailler dans le Conseil en Stratégie et Management dans un cabinet de consulting ou pour le compte d’un grand groupe international.

Contact :
Yoni Abittan
Mail: yoniphd@gmail.com
Cell : 00336 26 17 37 33


 

Selon le 3ème Baromètre Ciel de l’Auto-Entrepreneur  réalisé en Septembre 2010, la proportion des femmes auto-entrepreneurs a progressé significativement en un an, passant de 23% à 28%, notamment les “quadras“ : 61% des femmes ayant souscrit au régime auto-entrepreneur ont entre 30 et 50 ans.

Autant dire que depuis sa création le 1er Janvier 2009, le statut d’auto-entrepreneur attire aussi bien les hommes que les femmes, particulièrement celles et ceux qui souhaitent réaliser une activité libérale, compléter leur emploi d’une activité complémentaire pour arrondir les fins de mois ou pour les femmes mieux concilier leur vie personnelle et vie professionnelle post-maternité.

Par ailleurs, une récente étude publiée en 2011 par l’APCE montre que le nombre de créations d’entreprises sous le régime d’auto-entrepreneur est plus nombreux pour les activités de type services (47%) contre 34,8% pour les activités de type commerce.

Toutefois, le régime d’auto-entrepreneur est parfois contesté par certaines associations professionnelles qui dénoncent la souplesse de ce régime qui produit des dérives et des risques de distorsion de concurrence.

Pour s’en convaincre, si l’on prend l’exemple d’un auto-entrepreneur qui se lance dans le bâtiment ou dans l’e-commerce, il a théoriquement moins de charges qu’un entrepreneur lambda du même secteur d’activité car il n’a pas de salariés et paie une assurance minime. Par conséquent, il peut appliquer des prix plus faibles que ceux de ses concurrents, d’où des risques de concurrence déloyale.

Il convient de préciser que ce type de concurrence existait déjà auparavant mais de manière illégale. Le statut d’auto-entrepreneur aura ainsi permis de légaliser en partie des activités réalisées au noir.

Un autre problème de fond concerne les hommes et femmes auto-entrepreneur : celui de l’élargissement de leur réseau d’affaires.

Rompre son isolement en adhérant à des associations professionnelles, participer à des conférences et colloques sur la création d’entreprise s’avère un bon moyen de constituer son capital social et de l’entretenir.

Deux autres constats du Baromètre Ciel méritent d’être soulignés :

D’une part, 43% des auto-entrepreneurs exercent leur activité à temps plein, ce qui témoigne de l’engouement croissant des français pour la création d’entreprises.

D’autre part, un auto-entrepreneur sur trois souhaite transformer son activité en statut d’entreprise classique.

En conclusion, le régime d’auto-entrepreneur présente des perspectives d’évolution intéressantes malgré les difficultés rencontrées par les auto-entrepreneurs qui se lancent dans l’aventure entrepreneuriale sans aide extérieure : attirer des clients, établir des tarifs, conseils comptables et fiscaux, poids des charges et faible plafond du chiffre d’affaires.

Le statut d’auto-entrepreneur a au moins le mérite de permettre aux femmes n’ayant quasiment aucune expérience professionnelle de lancer leur entreprise et de s’épanouir ainsi professionnellement et socialement.

 

Liens utiles :

http://www.ciel.com/RessourcesCiel/Binaires/pdf/presse/dp/Barometre_Ciel_de_l_Auto_Entrepreneur_Novembre_2010.pdf

http://media.apce.com/file/80/2/note_analyseae_fce_2010.40802.pdf

Laisser un commentaire