Mes rêves... la vie en Rose Tribune d'expression au féminin

En famille, l’artisanat au féminin

Texte rédigé par Jessica Martin

Même si le mariage fait peur aux nouvelles générations, même s’il a un peu reculé depuis les années 70, il a toujours et encore la côte. Il n’est plus obligatoire mais un projet de vie. Vous savez le bonheur c’est contagieux et le mariage demeure aussi une très belle preuve d’amour.

Touchée par ce mail, j’aimerai le partager avec vous. C’est cette France que nous aimons.

Texte écrit par Jessica Martin et non corrigé afin de garder l’authenticité de ces propos.

Motivation :
Je continue dans ce métier qui a beaucoup de concurrence quand même, car quand je vois mes mariées avoir des étoiles pleins les yeux aux essayages et leurs remerciements, c’est un immense honneur de continuer dans ce métier d’art.

Mes mariées sont ma meilleure récompense en premier lieu et après avoir les honneurs d’autres prestataires connus, c’est aussi précieux.

Idée sur le mariage :
Je ne suis pas mariée et on me pose souvent la question bien sûr. On me demande quel style j’aimerai porter, si c’est moi même qui ferait ma robe etc… Ma mère étant superstitieuse je ne ferai pas ma robe de mariée et bien entendu je la ferai faire par un créateur … lequel haha . Si je devais me marier ça serait un mariage simple avec des invités que nous aurons choisis parce qu’on les apprécie et qu’on les aime, l’idéal serait au bord de l’eau, peut-être une grande maison sur la plage ça serait top !!!! Mais on en est pas encore là, le mariage pour moi c’est sacré, on se marie pas juste pour faire la fête, avoir une belle robe etc… c’est une idée réfléchie à deux, car c’est un coût aussi, et c’est un engagement à ne pas prendre à la légère donc personnellement je prends mon temps pour y réfléchir c’est comme un tatouage ça doit murir dans sa tête avant de le faire.

Ma passion :
Elle est née peut-être dans le ventre de ma mère qui quand elle était enceinte me faisait des petits ensembles. Je devais entendre le bruit de la machine à coudre qui résonnait. A 12 ans j’avais ma première machine à coudre, que du bonheur, j’ai une chambre exprès pour moi et ma couture. J’ai donc fait des études en fonction de ma passion et ma mère a su guider mes choix correctement et sans obligation. Deux années à Paris ont confirmé ce que je voulais être mais il fallait que j’ai plus d’expérience et le soleil me manquait je suis donc redescendu dans le Sud, ou j’ai été modéliste, vendeuse, couturière, j’ai commencé à travailler chez moi pour les commandes de robes de mariée et là ça ne c’est plus arrêté. Ma mère qui est ma première fan me disait : ” tu devrais ouvrir un magasin mais je n’étais pas prête donc nous avons attendu…C’est en 2014 que je me suis décidée et que j’ai sauté le pas et vivre de ma passion. J’ai ouvert un petit local avec ma maman sur Pelissanne, et là les commandes ont explosé, avec aussi une forte demande de retouches.

Comme nous étions dans un petit village les gens nous ont accueillie comme le messie, c’était génial.

Deux ans après nous avons pris un peu plus grand et aujourd’hui j’ai une quarantaine de robe de mariée par an, c’est énorme en sachant que je crée la robe du début jusqu’à la fin, j’ai ma maman qui m’aide pour les finitions de dentelles, papiers etc….Mais c’est le bonheur à l’état pur pour moi, je suis dans mon univers de création, je suis leur fée car je leur crée leur robe, la seule l’unique, c’est que du bonheur.

Voilà ce qu’elle m’adresse en conclusion… Je ne sais pas si cela vous ira, mais j’ai essayé de vous faire comprendre que je ne suis pas vendeuse de robe comme on pourrait voir dans les magasins lambda, je suis couturière, modéliste et créatrice , je ne vends pas une robe pour la vendre, si je vous fais la robe c’est qu’elle vous va, c’est la vôtre, c’est adapté à votre morphologie, c’est du sur mesure, de la haute couture, je veux voir dans les yeux de mes mariées ses étoiles, ses larmes de bonheur…

Instagram Jessica Martin