Tribune d'expression au féminin Voir grand et loin

Nomadisme digital, simple tendance ?

Texte rédigé par Charlotte Prieur

Voyager sans limite de temps, s’expatrier un moment, s’immerger dans une autre culture pendant quelques mois… Qui n’en a jamais rêvé ? On a pourtant du mal à l’imaginer sans que de nombreuses contraintes apparaissent aussitôt dans notre esprit. Pourtant, avec l’émergence des nouvelles technologies et des métiers qui les accompagnent, ce rêve est désormais possible. Ce mode de vie qui consiste à travailler en voyageant s’appelle le nomadisme digital et ceux qui le pratiquent n’ont jamais été aussi nombreux. Je vous en dis plus sur cette tendance où on renouvelle son passeport plutôt que son pass Navigo.

Une autre approche du travailet de la vie

Pour une génération propulsée dans le monde du travail en pleine crise économique, il était temps d’imaginer de nouveaux schémas. C’est aussi à ce moment que nombre d’outils en ligne destinés à améliorer la productivité naissent. Heureuse coïncidence ? Peut-être. Ce qui est certain, c’est que cette conjoncture n’est pas étrangère à la création de ce « mouvement » en quête de sens.

Dans les faits, les nomades ont renoncé à une vie à cent à l’heure pour le « slow-travel », c’est à dire qu’ils passent plusieurs mois dans le même pays à la recherche d’un autre type de routine, bien loin du métro-boulot-dodo. Mais ne vous y méprenez pas, la fainéantise n’a rien à voir avec cette démarche, c’est plutôt le contraire à vrai dire. Ils passent des heures à travailler, et ils adorent ça… quand le sujet les passionne ! Ils ne travaillent pas moins, mais mieux.

De nos jours, pour peu que l’on ait une connexion wifi, il est possible de travailler de n’importe où.

Les nomades digitaux sont particulièrement représentés dans certaines destinations telles que Bali, Chiang Mai en Thaïlande ou encore Medellín en Colombie. Il s’agit en général d’endroits ensoleillés, peu chers et qui permettent la création de véritables communautés partageant les mêmes valeurs.

Il s’agit aussi d’un mode de vie minimaliste, de plus en plus plébiscité par les millenials. Et pour cause, le seul bagage du nomade digital est généralement son sac à dos. C’est aussi un acte qui fait sens, une reprise de contrôle face à une économie poussant le consumérisme à l’excès. Nous sommes nés dans l’abondance de choix. Désormais, less is more.

Et puis, attendre gentiment la retraite pour voyager et profiter ? « Non merci » vous répondra ma génération, tout simplement car nous évoluons dans une sorte d’urgence. Il faut vivre. Maintenant. Parce qu’on ne sait pas de quoi demain sera fait.

Mais qui sont les nomades digitaux ?

On ne va pas se mentir, non seulement ce mode de vie ne convient pas à tous les corps de métier, mais il n’est certainement pas fait pour tout le monde. Il concerne avant tout les personnes travaillant à distance. Il est d’ailleurs intéressant de noter que les postes entièrement à distance sont une tendance grandissante aux Etats-Unis. Ce type d’emploi en télétravail est bien moins répandu en Europe.

Les nomades digitaux européens sont donc principalement des freelances ou des entrepreneurs. Bien qu’il s’agisse généralement de personnes seules ou de couples, on dénombre quelques familles au milieu de tout ça. Et la bonne nouvelle c’est que ce mode de vie concerne aussi bien les hommes que les femmes. On compte de nombreuses communautés de femmes sur les réseaux sociaux pour partager conseils, bonnes adresses ou encore se retrouver.

En plus de ne plus subir les aléas de la météo française, le nomadisme digital offre beaucoup d’avantages : un coup de la vie moins élevé, des découvertes journalières, une sortie de sa zone de confort, une vision nouvelle ou encore une créativité exacerbée. Toutes ces choses apportent une valeur ajoutée non négligeable dans le travail. Et puis nous parlons de quelqu’un qui pourrait passer ses journées à lézarder sur une plage en buvant des mojitos mais qui préfère travailler avec vous, si ce n’est pas du sérieux, je ne sais pas ce que c’est.

Bien sûr, il n’y a pas que des bons côtés. Que l’on travaille à l’étranger ou non, il est nécessaire de savoir gérer son temps et sa productivité. Apprendre à se motiver par soi-même n’est pas évident pour tout le monde et certains jours sont plus durs que d’autres. Toujours dans l’organisation, il est parfois difficile de réussir à prendre de « vrais congés » et de faire une réelle coupure. On ne peut pas omettre le fait qu’il est compliqué d’expliquer ce mode de vie à ses proches qui pensent que les nomades digitaux passent leur vie en vacances. Enfin, et de tous ces aspects, la solitude peut être la plus difficile à gérer. Il n’est pas toujours facile de rencontrer des gens, la plupart ne font que passer, dans les auberges de jeunesse notamment, et nouer de vraies relations peut s’avérer être un parcours du combattant.

Le nomadisme digital est un sujet relativement récent et absolument passionnant car il n’y a pas une seule sorte de nomade digital. Les parcours, les histoires, les motivations et les voyages sont multiples. Mais ce sujet m’intéresse également pour des raisons bien personnelles. Jeune freelance en marketing digital, c’est la direction que j’ai souhaité donner à mon activité pour lui insuffler le rythme et la créativité nécessaires. Après avoir passé quelques mois dans une nouvelle ville en France, j’ai fait le choix de m’envoler vers le Mexique à la rentrée afin de vérifier si la théorie rencontre vraiment la pratique. J’espère avoir l’occasion de vous reparler de mon expérience ici. En attendant, n’hésitez pas à me contacter pour vos besoins en marketing digital, qu’il s’agisse de community management, de SEO, de rédaction ou encore d’e-reputation, je serais ravie de discuter avec vous de vos projets.

Charlotte Prieur
Consultante Marketing Digital
charlotte.prieur7@gmail.com
Profil LinkedIn