Coup de projecteur sur...

Féminisation des directions de banques : à suivre…

Gouvernance : hommes vs femmes ?

« Si Lehman Brothers s’était appelée Lehman Sisters, l’industrie financière aurait connu un autre destin »… Qui a prononcé cette phrase ? Christine Lagarde, qui fut Ministre des finances en France (2010) et Directrice du Fond Monétaire International (2018), et est depuis début novembre, Présidente de la Banque Centrale Européenne (première femme à ce poste). Bref, elle a une certaine légitimité à s’exprimer sur ce sujet ; ce qui explique sans doute pourquoi cette sa remarque a fait des émules… La prise de risque inconsidérées à l’origine de cette crise financière serait en partie due au fait que ce ne soit que des hommes qui aient été alors aux commandes.

La parité à la tête des banques, à l’étude

Pour participer à la réflexion, l’Observatoire SKEMA de la Féminisation des entreprises vient de livrer les résultats d’une étude qui regroupe des donnés collectées en 2008, début de la crise des subprimes, puis en 2018… le tout concernant la féminisation des instances de gouvernance des banques et son évolution. Ce sont 35 plus grandes banques européennes qui ont été étudiées, au niveau de leurs conseils d’administration, de leurs comités exécutifs, et de leurs effectifs.

En 2008…

Pour 2008, le constat est à très révélateur : si les femmes représentent 53,52% des effectifs globaux, les dirigeants sont quasi-exclusivement des hommes. Exemple : ces 35 banques ne comptaient que 86 femmes parmi les 546 membres des conseils d’administration, soit 15,75% des administrateurs… Dans les Comités exécutifs seulement 22 femmes parmi les 304 membres de ces comités, soit 7,23%.

De 2008 à 2018 : une évolution ?

Entre 2008 et 2018, les choses ont évolué dans le sens d’un fort accroissement de la présence des femmes dans les instances dirigeantes de ces sociétés : le nombre des administratrices a augmenté de 95,34%. Ce qui n’empêche pas une forte disparité encore d’exister : dans les Conseils d’administration, en 2018 donc, de ces 35 banques, les memdres étaiet encore à 66% des hommes. Pour ce qui est des Comités Exécutifs, la proportion chute à 19,80%… même si entre 2008 et 2018, le nombre de femmes dans ces comités-là, a augmenté de 268%. Il faut dire que l’on partait de loin !

Du chemin encore

De nombreux sociologues estiment que pour avoir une influence sur le cours de choses, un groupe doit atteindre les 30% de représentant dans une groupe. Or, en 2018, seules 7 banques sur les 35 affichent ce rapport…

En savoir plus – Contact

Retrouvez l’intégralité de l’étude 2019 de l’Observatoire SKEMA de la féminisation des entreprises : www.skema-bs.fr/facultes-et-recherche/recherche/observatoire-de-la-feminisation