J’aime ce mois-ci Tribune d'expression au féminin

« Former les décideurs publics et privés à la prise de décision dans un espace-temps complexe »

Texte rédigé par François Bert et Caroline Ruellan

Et vous qu’en pensez-vous ?

« Former les décideurs publics et privés à la prise de décision dans un espace-temps complexe »

«On a besoin d’un vrai chef en France pour remettre de l’ordre» estiment 82% des Français (en hausse de 3 points en un an), selon une étude Ipsos/Sopra Steria publiée le 14 septembre 2020, réalisée pour la 8éme année consécutive pour le quotidien Le Monde, la Fondation Jean Jaurès et l’Institut Montaigne

A contre-courant du management actuel par consensus, un besoin de chefs et de décideurs s’impose de plus en plus.

L’ECOLE DU DISCERNEMENT apporte pour la première fois une méthode originale et éprouvée d’aide à la prise de décision, pour former des leaders durables.

Compte tenu du contexte présent, mener à bien sa tâche dans un univers de messages contradictoires et flous, devient presque mission impossible.

Les chefs ont besoin de travailler une clairvoyance sur ce qui est le débouché de l’effort collectif : la mission.

Telle est l’ambition de l’ECOLE DU DISCERNEMENT, aboutissement d’une réflexion innovante: Fondateur François Bert et Caroline Ruellan.

« Une décision se prend toujours en assemblée impaire et trois c’est déjà beaucoup. » Maréchal Foch

L’ECOLE DU DISCERNEMENT est unique et sans équivalent.

Alors qu’il existe un large choix d’ouvrages pour apprendre à décider à titre professionnel ou personnel, cet ensemble documentaire reste théorique, telle une liste d’ingrédients sans recette, car sans intelligence de contexte.

L’ECOLE DU DISCERNEMENT apporte non seulement des ingrédients supplémentaires- sa méthode novatrice- mais permet encore de réaliser et réussir le plat : une prise de décision efficace.

Elle installe une mécanique interne de prise de décision en travaillant sur les auditeurs afin de les aider à acquérir de la clairvoyance, surtout lorsque la politique perd pieds et que le plan initial ne peut aboutir en raison des inévitables changements des paramètres initiaux.

La première victime de la guerre, c’est le plan.

Rien n’est dans l’intellect qui ne soit d’abord dans le sens.

Cette maxime porte en elle le fondement de la marche des bâtisseurs, des innovateurs et des chefs, puisqu’elle respecte la nature profonde de l’homme voué à comprendre son environnement pour mieux le dompter, en vue d’optimiser le bien commun et aussi créer de la valeur.

Le discernement représente cette capacité à articuler le sens et l’intellect et à trier les informations.

Cette maxime ne procède pas d’un raisonnement pur mais d’une écoute qualifiée, jusqu’à l’évidence de ce qu’il faut décider à l’instant T.

C’est un calibrage permanent entre un contexte et des moyens toujours changeants, en vue d’une décision juste qui produit des actions efficaces.

Discerner, c’est l’écoute cumulée jusqu’à l’évidence.