Edito Média

Glauque inélégance

Ecrit par Martine Abbou

Choqué, la nouvelle campagne publicitaire de ….. est ….consternante, inutile de citer le nom du groupe. Il était de notre devoir de montrer que les ” hommes ne sont pas des spectateurs passifs, limite complices de la dégradation des femmes.” 

Le Nouvel Economiste, s’affirmant comme journal d’opinion et livrant une analyse stratégique et transversale de l’actualité, nous avons souhaité donné la parole digitale à  Patrick Arnoux Rédacteur en chef au nouvel Economiste. Voila ce qu’il nous livre ce matin.

Vision provocante jusqu’à l’écoeurement ! D’une consternante vulgarité. Si agressive pour les femmes, brutalement transformées en chétif objet de soumission, pour les hommes, en voyeur-dominateur libidineux. Personne n’est épargné. Pas même les codes du luxe – beauté, élégance, distinction, fantaise, poésie, tendresse… – qui ne sont pas seulement bafoués par cette créativité dépravée. Leur interprétation flingue les attributs de la marque – distinction, qualité, élégance… – mais dynamitent surtout les valeurs d’éthique, de confiance les liant aux consommateurs.

Cette insultante image de la femme jetée en pature nous agresse tous. Sans nul doute l’objectif du photographe. Mais au delà du choc provoqué, il y a le sens du message, la signification de l’image. Son interpretation est formidablement accusatrice pour leurs auteurs. Piégés par la surenchère hystérique de la provocation, ils agressent violemment celles, ceux qu’ils veulent séduire. 

relevé dans les réseaux ce matin: “Nous sommes  en 2017 à 1 jour de la journée des droits des femmes, ” une scandaleuse campagne publicitaire présente en 4 par 3 sur les murs de nos villes et aéroports, une image de la femme dont tous les prédateurs sexuels de la planète devaient rêver” ” une femme soumise, avilie, impuissante, offerte à la brutalité masculine, ou du tout venu.”  Quelle triste vision…. il reste encore beaucoup à faire.