Réflexions, conseils & business Tribune d'expression au féminin

La RSE est morte, vive la RSE !

Texte rédigée par Caroline de La Marnierre

Environnement économie société, la Responsabilité Sociétale des Entreprises devient de plus en plus importante. Aux états unis « la vision est un peu mitigée car la culture d’entreprise est différente. Le seul fait d’entreprendre et de créer de la richesse suffit à participer à l’intérêt général

La France avouons le, un peu méfiante encore mais plus pour longtemps, est toujours un peu crispée face au capitalisme et aux entreprises. Ce sujet étant d’actualité nous avons donné la parole à Caroline de la Marnière.

« La RSE est morte, vive la RSE ! »

C’est ce qu’a déclaré Stanislas Guérini, porte-parole de La République En Marche, lors des Integrated Thinking Awards (ITA), le 17 octobre au MEDEF, précisant « Les entreprises doivent passer de la RSE 1.0, qui coche les cases, à la RSE 2.0, intégrée à la stratégie ! ».

La pensée intégrée, c’est l’intégration de toutes les dimensions de l’Entreprise : financière, environnementale, sociale, éthique et sociétale, L’Institut du Capitalisme Responsable a créé les ITA, un prix européen, pour récompenser les meilleures pratiques en matière de pensée intégrée, inspirer et encourager toutes les entreprises à casser les silos, à la concevoir comme un « tout », vivant et interagissant au sein de son écosystème.

Quand rentabilité rime avec responsabilité !

Sirènes d’alarme sur le climat et les ressources, croissance des inégalités, montée du communautarisme… la multiplication des enjeux sociétaux et environnementaux défient sans limites gouvernements et capitalisme.

A-t-on vraiment encore le choix ? Il y a urgence à agir. Dans cet écosystème mouvant, l’Entreprise doit se réinventer en permanence, s’adapter avec agilité – sous peine de mort – et concilier les exigences économiques, financières et extra-financières.

Nous ne pouvons plus parler de RSE comme d’un service, ou la baisse de consommation de papier, du nombre de mails…

Non, la responsabilité est une vision de ce qui est juste, un engagement durable, des actions quotidiennes et permanentes, une culture de la transversalité, pour créer des modèles de croissance plus intégrés, plus responsables. Bref, plus durables.

Des modèles plus “intégrés” – de la conviction au concret !

Solvay et Nexans ont été recompensées par le Jury pour leur démarche exemplaire en matière de pensée intégrée (capitalisations respectivement supérieure et inférieure à 7Mds€).

Ce sont leurs 2 directeurs financiers, Karim Hajjar et Nicolas Badré, qui sont venus accueillir ces Prix, tout en parlant d’engagement, de RSE, de devoir, de culture, d’impact au sein de la société !

J’ai également été “ bluffée” par l’engagement des patrons des entreprises nommées qui ont présenté – personnellement – devant le Jury leur vision, leur engagement et de manière très concrète ce que cela représente pour eux, leur entreprise, pour leurs collaborateurs et parties prenantes, en matière de décisions, d’outils et d’actions.

Anne Chassagnette a reçu pour ENGIE le Prix du rapport intégré.

Cette concrétisation de la démarche convainc de plus en plus entreprises et investisseurs. De 0 rapports intégrés en 2013 en France, 1 entreprise sur 4 du SBF 120 en a produit un en 2018. Ils se multiplient et s’améliorent, plus connectés, plus transversaux, plus précis et concrets.

Tous les jours, je discute avec des dirigeantes et des dirigeants d’entreprise : la prise de conscience et la sincérité sont réelles…

Place à l’action. Et ceux qui se sont lancés ne feront pas marche arrière.

Caroline de La Marnierre
Directrice Générale Fondatrice de l’institut du capitalisme Responsable