Edito

Pour transformer vos idées en profits, cultivez votre agilité mentale

Ecrit par Martine Abbou

Bonjour chère communauté, cinquième tribune digitale rédigée par Robert Papin,

cette 5e Tribune vous est elle utile? oui? écrivez moi martine.abbou@wimadame.com

Beaucoup de créatifs sont des contemplatifs. Le seul fait d’avoir des idées les rend heureux. Peu leur importe de les concrétiser en produits ou services susceptibles de donner naissance à une entreprise et d’être commercialisés à un prix rentable pour celle-ci.

En réalité, ces contemplatifs souffrent de ne pouvoir tirer profit de leur créativité.

Ayant cédé à l’autosatisfaction, béats d’admiration devant leur imagination, ils ont fini par se convaincre eux-mêmes que l’intuition était allergique à la réflexion systématique. Ils se sont donc laissés glisser dans la facilité et aujourd’hui réalisent que leurs capacités d’analyse et leur sens critique se sont émoussés.
Cet engourdissement intellectuel constitue un redoutable obstacle au succès professionnel car il amène ses victimes à confondre intuition et voeux pieux, à prendre leurs désirs pour des réalités.
C’est ce même engourdissement qui peut vous empêcher de vous poser quelques questions élémentaires susceptibles de vous aider à bâtir votre stratégie :
– Quels sont les besoins que ce produit, ce service ou ce métier auquel je viens de penser est censé satisfaire?
– A quel type de clientèle s’adresse-t-il ou pourrait-il s’adresser ?
– Comment pourrais-je satisfaire pleinement cette clientèle ou, sous une autre forme, quels sont les facteurs clés de réussite dans le métier : caractéristiques idéales du produit ou du service et autres facteurs clés de réussite ?
– Quels sont mes atouts et mes faiblesses sur chacun des facteurs clés de réussite précédemment évoqués ?
– Comment pourrais-je résorber mes faiblesses et tirer pleinement profit de mes atouts ?

Faute de se poser ce type de questions, transposables à l’élaboration de leur stratégie et de leur gestion personnelle de carrière, beaucoup de femmes cadres et chefs d’entreprise perdent de belles opportunités. Elles perdent en même temps leur enthousiasme, alors que la clé de leur succès n’est pas dans la maîtrise d’outils sophistiqués mais dans le courage dont elles pourraient faire preuve en luttant contre le désir de se reposer l’esprit.
Méfiez-vous d’ailleurs lorsque, le soir, en sortant de votre bureau, vous vous installez au volant de votre voiture. Physiquement fatiguée vous êtes probablement tentée de vous laisser aller au bienheureux engourdissement intellectuel que votre poste de radio entretiendra, comme le fera plus tard votre télévision. Il est pourtant aisé d’oublier les difficultés de la journée sans pour autant se mettre en état de léthargie. La réflexion n’a jamais fatigué physiquement et, le premier pas franchi, vous constaterez que plus vous échafauderez de projets et moins cela vous demandera d’efforts intellectuels.
Quelques recettes ?
– Prenez tout le temps nécessaire pour poser les problèmes qui vous intéressent car un problème bien posé est un problème à moitié résolu ;
– Posez-le si possible par écrit pour mieux lancer la réflexion ;
– Ne lisez jamais un dossier sans noter au fur et à mesure, sur des fiches cartonnées, les idées que vous inspire le document. C’est là un bon moyen pour prendre à bras le corps ces idées et pour vous protéger contre l’engourdissement ;

Les inventeurs qui sont tombés amoureux de leurs idées se moqueront probablement de vos recettes. Laissez-les se gausser. La plupart des contemplatifs souffrent en réalité de ne pouvoir tirer profit de leur créativité et ils souffriront encore plus lorsqu’ils réaliseront que vos recettes vous ont permis d’exploiter leurs idées !