Revue de presse internet & news Tribune d'expression au féminin

Revue de presse internet & news – octobre 2018

Relevé par la communauté wimadame

  • Comment être encore Pionnière des soins au XXIème siècle ? (Dr Marie-Pascale Schuller)

Dr Irène Frachon est la première « lanceuse d’alerte ». Dans le brouhaha quotidien, cette pneumologue experte dans les anomalies cardiaques associées à l’isoméride® a eu suffisamment de lucidité pour détecter un signal anormal. A Brest, lorsqu’elle repère une augmentation de fréquence de valvulopathies très spécifiques chez des femmes en surpoids ou obèses ayant pris du Mediator ®, elle comprend très vite … et mobilise toutes les énergies pour atteindre ses objectifs : le retrait de cette molécule toxique et la condamnation des responsables de cette duperie.
C’est la leçon d’Irène la Pionnière : Transgresser l’ordre établi pour rétablir la justice.
« Pionnières des soins et autres Pionnières dans l’histoire des femmes » du Dr Marie-Pascale Schuller aux Editions LC, a reçu le prix « coup de cœur » du jury du GEM. A acheter sur le site de l’éditrice https://editionslc.fr ou sur les sites des grands distributeurs

  • « Aujourd’hui en France, 18% des femmes envisagent ou sont en train de créer leur entreprise. » Source BPI France

Partage, mixité coopérer, jamais les Français n’ont eu autant envie d’entreprendre leur vie. Entreprendre seule ? La réalité montre que l’entrepreneuriat est une affaire de coopération. L’idée géniale n’est pas suffisante, les réseaux sont là pour gagner en efficacité. Un attrait certes pour les entreprises individuelles, mais l’entrepreneuriat en équipe homme femme, c’est pas mal, car l’entrepreneur(e) alors avec d’autres prend une dimension plus collaborative.

  • The Blockchain Day

La première édition du plus grand événement européen dédiée à la révolution Blockchain a eu lieu Le 10 octobre 2018 – Palais Brongniart – 16 place de la Bourse, Paris.

En partenariat avec Finance Innovation, The Blockchain Group vous invite à la première tournée mondiale dédiée à l’innovation et à la technologie blockchain. Pendant une journée au cœur de l’emblématique Palais Brongniart, les spécialistes de l’industrie blockchain – qu’ils soient dirigeants, startups, investisseurs, corporates, fournisseurs de solutions, ou encore médias – viendront de toute l’Europe pour partager leur vision du phénomène Blockchain et leurs pratiques. L’objectif : combler le fossé entre la promesse et la réalité de la technologie blockchain.

Au programme de ce Blockchain Day : une série de conférences et de débats ponctués par des sessions networking, une série d’ateliers et des présentations de startups. Le tout, avec des intervenants de haut vol comme Graeme Moore, Vice-Président Marketing chez Polymath, Marc Gardette, Directeur de la Division Secteur Public de Microsoft France, Christoph Jentzsch, fondateur de Slock.it, Carole Vachet, de la Direction générale du Trésor, ou encore la députée LREM Valeria Faure Muntian.

  • LANCEMENT DU PRIX Ma Boîte – Le Prix des entrepreneuses en action par Force Femmes

Force Femmes lance son prix qui vient récompenser les dirigeantes d’entreprise de plus de 45 ans ayant créé leur activité en France et les invite à déposer leur dossier de candidature avant le 15 novembre 2018

Paris, le 21 septembre 2018 – Force Femmes, association reconnue d’intérêt général qui accompagne les femmes sans emploi de plus de 45 ans vers l’emploi salarié ou la création d’entreprise, lance Ma Boîte | Le Prix des entrepreneuses en action.

Pour sa dixième année de partenariat avec Coca-Cola France, Force Femmes fait évoluer son Prix de la Créatrice et l’ouvre à toutes les dirigeantes d’entreprise en France de plus de 45 ans.

Ma Boîte – Le Prix des entrepreneuses en action s’adresse à toutes les femmes de plus de 45 ans qui ont créé leur activité en France et ont au moins un premier bilan et les invite à déposer leur dossier de candidature avant le 15 novembre 2018. (Candidatures, règlement et informations sur www.forcefemmes.com).

Le prix récompensera 3 lauréates pour la création de leur entreprise et leur remettra une dotation financière de 25 000 euros chacune pour continuer à développer leur activité.

Mettre à l’honneur les femmes créatrices d’entreprise et les accompagner concrètement dans le montage de leur projet en les aidant à développer leur activité.

« L’audace de la création d’entreprise ouvre un champs des possible immense : celui de la liberté, de l’autonomie et de la réalisation de soi. Le Prix des entrepreneuses en action récompense cette audace » s’enthousiasme Véronique Saubot, Présidente de Force Femmes.

  • Force Femmes sélectionnée par wimadame

A bientôt 13 ans d’activité, Force Femmes est très fière de son bilan : plus de 23.000 femmes se sont inscrites auprès de l’association, implantée dans douze villes en France. Près de 900 femmes ont créé leur activité, avec un taux de pérennité à 3 ans de 80%.

  • Lévy soit qui mal y pense !

J’ai donc découvert hier (toujours grâce à des amis) le titre d’une chronique publiée par Slate.fr : « On peut mépriser Elisabeth Lévy et s’asseoir à sa table » (t’as vu jouer ça où bécasse que t’étais invitée à ma table ?). Qu’un média honorable publie un texte qui affiche aussi clairement sa haine et son désir de nuire est en soi inquiétant, mais après tout, si ça marche. Dans le milieu de notre mère-la-vertu, clamer qu’on méprise Elisabeth Lévy doit passer pour un acte héroïque. Après, ces bonnes âmes pleurnicheront sur la méchanceté des réseaux sociaux.

Quant à ma pomme, mon crime, toujours selon Léa Domenach, est de penser – avec Marcel Gauchet et grâce à lui – que nous ne vivons plus sous l’emprise de la domination masculine et, ce qui est encore plus mal, de me moquer abondamment de ce combat contre un patriarcat défait depuis pas mal de temps. Cela ne signifie pas que des hommes ne dominent pas des femmes (ou le contraire d’ailleurs), qu’il n’y a pas des manipulations, des agressions et des viols, mais que l’égalité est aujourd’hui la norme – politique, légale, culturelle. On peut contester ce point de vue, mais le féminisme religieux ne conteste pas, ne critique pas, il dénonce les hérétiques et maudit les blasphémateurs. Enthoven est honni pour son opposition à l’écriture inclusive, cette agression barbare et qui plus est ridicule contre notre langue. Toutefois, le crime de mauvaise pensée est bien plus grave quand il est commis par des femmes coupables en prime de manquement à la grande solidarité entre nous-les-femmes. Vous devez avoir les opinions qui conviennent à votre sexe. Brandir la libération des femmes pour pouvoir mieux les embrigader, il fallait l’inventer.

  • Les femmes en danger !

Léa Domenach a cependant raison sur un point. « Le féminisme, écrit-elle, ressemble à tous les mots en ‘isme’ : socialisme, anarchisme. Dans ces groupes les gens ont un but commun, cela ne veut pas dire qu’ils le pensent ou le pratiquent pareil. » On ne pouvait imaginer plus bel aveu de ce que le féminisme d’aujourd’hui est une idéologie – peut-être une religion séculière en formation. Nos balances ridicules sont en train d’inventer le stalino-féminisme. Heureusement, tout indique que, comme Marx l’avait prévu, c’est le grand soir en version farce.
Texte relevé dans la Lettre de Causeur Fondatrice Elisabeth Lévy

  • wimadame invitée par l’agence Lewis Morgan Joffredo

Pas simple, comprendre ce qu’est une ICO ?
Pourquoi se lancer dans ICO ? Réponse d’Eric Bothorel.
Pour aller plus vite sur le marché, changer de mode de fonctionnement, nouvelles façons de faire du business. Il y a aussi le crowdfunding.
Il était important de faire cette loi. Il faut un cadre, des moyens pour AMF de faire les choses puis laisser faire l’écosystème une fois le cadre posé.
Idée : vous pouvez prendre des risques car on vous donne de la lisibilité et prévisibilité.
Position de la Suisse contestée.
Quand la loi sera en vigueur + le cadre comptable et fiscal installé, on aura la place la plus attractive d’Europe et on va inspirer l’Europe.

Propos liminaires – Mounir Majoubi, Secrétaire d’État chargé du Numérique
« La France a l’ambition de devenir une terre particulièrement accueillante pour les ICOs. 100 mesures propices aux start-ups sont actuellement discutées par le gouvernement, qui souhaite favoriser notamment le crowdfunding et rehausser les plafonds autorisés.
La France est en train de se doter d’un statut pour encadrer les ICO, à travers la loi Pacte. Les entreprises qui sont sur le secteur ne doivent plus être paralysées par la peur, par les interdictions. Notre objectif est de faire de la France un pionnier sur la question des crypto-monnaies. »

Vous trouverez d’autres infos prochainement sur le site de wimadame.