Edito Média

Et si notre différence était notre richesse!

Ecrit par Martine Abbou

 

Décidément, 2012 est une année compliquée pour les entreprises en Europe et en France.

J’ai beau ne pas être particulièrement pessimiste et peu sensible aux choses quotidiennes de la politique,  je suis un peu inquiète.

Élections présidentielles, crise, jours fériés, ponts,  et vacances scolaires ont ponctué l’actualité de ces derniers mois. Peu de production….

La question que nous sommes en droit de nous poser: Et les entrepreneur(e)s dans tout cela!

Financement aide,  formation conseil coach….Les aides sont là mais y a t-ils des entrepreneurs? les textes s’empilent, les dossiers se font et se défont, beaucoup d’effets d’annonce puis!

Durant cette campagne, j’ai  peu entendu un candidat parler de celui ou celle qui a crée, acheté ou repris une entreprise.  Marre de compter pour rien crient un grand nombre d’entrepreneurs.

En revanche, les premières actions se font sur une fiscalité qui s’envole et qui va s’envoler encore plus, des hommes et des femmes qui n’en peuvent plus de travailler parfois pour ne rien gagner, des petits patrons qui ne font que subir les ennuis quotidiens, complexités administratives, tracasseries, emploi.

Qui  s’inquiète sur le devenir des “entreprises en France”?  Finalement pas grand monde …

Si tout ce qui s’est passé en Europe a développé ” une gigantesque crise de confiance”, a force d’entendre des mises en garde sur tout et son contraire, inutile de chercher à comprendre: la croissance ne reviendra jamais en Europe et en France.

Quand la France aura t-elle une certaine stabilité dans ces choix,  des textes fiables et simples, un code du travail adapté, des hommes et des femmes engagées dans la durée. Durable? Vous avez dit durable?

Dans la quête du désir de vivre le mieux possible, de travailler ensemble, de produire de vendre et d’acheter…..  un chêne ne ressemblera jamais à un arbre fruitier, comment gérer nos différences de point de vue et le ressenti des uns et des autres. En Mai 2012, au moment ou de nouvelles décisions vont être prises, l’Europe  s’interroge sur la manière de rebondir, il est sans doute temps de faire confiance à certains acteurs de la nouvelle économie.

Les réseaux professionnels sont connectés, les jeunes motivés,  wimadame fait confiance à l’énergie débordante de certaines femmes, aux hommes qui ne craignent pas les défis et enfin faire confiance à la naissance d’entreprises familiales. Il est temps d’encourager le développement des “Moyennes entreprises Patrimoniales.”

Notre rédaction souhaite à ce propos rendre hommage à Octave Gélinier, mort en 2004. Cet ingénieur et économiste, a conseillé des entreprises de toute taille et formé des milliers de dirigeants, dans le cadre de la CEGOShttp://www.cegos.com qu’il a dirigé. Ses nombreux ouvrages traduits en plusieurs langues, lui ont valu une notoriété internationale. Prenez un peu de votre temps à lire ce qu’il a écrit dans son belle ouvrage “La réussite des Entreprises familiales, un atout pour l’avenir:

citation Octave Gélinier: ” La réussite des entreprises familiales comme Rossignol, Gaumont, Plastic omnium, Nina Ricci, LVMH, Poilane, Fleury Michon et de 16 000 autres Moyennes entreprises familiales ont réalisé de très beaux chiffre d’affaire et ont souvent été dirigé par leurs principaux actionnaires, fondateurs ou descendants de ceux ci et dont le patrimoine personnel demeure largement investi dans l’entreprise. Elles avaient employés plus de 1,6 millions de salariés en générant à l’époque en Franc plus de 2 milliard. ces entreprises familiales sont l’un des principaux moteurs de l’économie nationale.

vos avis sont souhaités….et vos commentaires aussi. bien à vous

 

 

 

1 commentaire

  • Bonjour,
    il est certain que malgré toute notre motivation, c’est dur en ce moment pour toutes les raisons que vous invoquez, de faire bouger les choses. D’abord les présidentielles, puis les ponts du mois de Mai, puis personne ne bouge car on attend les législatives, donc exit le mois de Juin, ensuite les grandes vacances. Avec un peu de chance, on pourra recommencer à vivre en Septembre… J’ai bien peur que 2012 ne soit une année sacrifiée… Et pas beaucoup de mesures prévues (espérées) concernant les entrepreneurs. La France n’est définitivement pas le pays de la libre entreprise… Mais gardons le moral, c’est le fonds qui manque le moins…

Laisser un commentaire