Non classé

Revue de presse décembre 2013

Ecrit par Martine Abbou

Les clients heureux font des entreprises gagnantes pense Philippe Bloch, celui qui a donné l’un des premier coup de pouce au lancement de wimadame en 2010. Généreux, enthousiaste Philippe est présent dans pas mal de Médias.

Après le best seller Service compris, traduit en plusieurs langues, il est en 2013 conférencier et rédige ” Opération boomerang“.  Pour Philippe des pans entiers de l’économie sont menacés par le formidable essor des nouvelles technologies et délivre dans son ouvrage pour tous les nouveaux managers de précieux conseils. Il est temps sans doute de remettre l’homme au coeur de la relation client. Cette réflexion nous l’a menons depuis de longues années au sein de notre réseau. Audacieux, Philippe ose proclamer sur les antennes: cessez de dire bon courage à vos collègues dans le travail!

 

Terrafemina.com et 20 Minutes, en partenariat avec l’Institut CSA
Qu’est ce qu’être une femme en 2013.

Et pourquoi une femme préférerait-elle être un homme ? ils ont demandé aux femmes de dévoiler leur perception d’elles-mêmes et livrent ainsi un Observatoire « Dans le miroir des femmes ». Un autoportrait qui esquisse au fil des mois chacun des traits de leur personnalité, une introspection en trois temps autour de leur corps, de leurs ambitions et de leur féminité. Pour ce troisième volet*, c’est la question de la féminité qui a été posée : auraient-elles aimé être des hommes ? Qu’est ce qui leur plaît dans le fait d’être une femme ? Ont-elles le sentiment d’être libres ?

Moins d’une femme sur cinq aurait aimé être un homme

70% des femmes interrogées n’auraient pas aimé être un homme. Seules 17% des femmes formulent pour leur part le souhait inverse, 13% ne se prononçant pas sur cette question. A noter que la satisfaction d’être une femme est encore plus importante parmi les femmes cadres puisqu’elles sont 79% à affirmer qu’elles n’auraient pas aimé être un homme.
L’enfantement, premier avantage d’être une femme
Cité par 41% des femmes, le fait de pouvoir enfanter arrive en tête lorsqu’on les interroge sur ce qui leur plaît dans le fait d’être une femme. Cela est d’autant plus vrai chez les femmes en couple avec des enfants (56%) et chez les femmes ayant l’âge d’en avoir (53% chez les 25-34 ans). Arrive ensuite successivement : le sentiment d’appartenir à une génération qui fait évoluer le droit des femmes (30%), la possibilité de cumuler les rôles de mère, de compagne et de professionnelle (29%) et le fait de pouvoir assumer pleinement sa féminité (28%).
Carrière professionnelle et rémunération, les principaux désavantages face aux hommes
Le principal point de clivage entre les hommes et les femmes se cristallise par ailleurs sur l’aspect professionnel. 31% des femmes exprimeraient ainsi le désir d’être un homme avant tout pour être mieux payées (notamment chez les plus jeunes et les cadres) tandis que 26% évoquent la possibilité d’accéder plus facilement à des postes à responsabilités. Le fait d’être moins jugé sur son physique est également mentionné par une femme sur quatre (24%).
En accord avec cette perception, près d’une femme sur deux (44%) estime d’ailleurs qu’être une femme a déjà été un frein dans sa vie professionnelle, une discrimination particulièrement ressentie par les femmes travaillant à leur compte ou étant au chômage (54%). Elles sont en revanche moins nombreuses à voir leur condition de femme comme un frein dans leur vie sociale (24%), personnelle (19%) ou familiale (16%).
Libres mais vigilantes !
Une femme sur deux (51%) se sent « aussi libre qu’un homme », un sentiment particulièrement développé chez les femmes cadres (60%), les femmes de 65 ans et plus (56%), les étudiantes (56%) ou les femmes en couple sans enfants (55%). Elles demeurent toutefois 40% à se sentir libre « pour l’essentiel, mais pas complètement » tandis que 6% des femmes estiment aujourd’hui être « beaucoup moins libres qu’un homme ».
On observe enfin que pour 73% des femmes interrogées le féminisme a encore un sens aujourd’hui. Plus intéressant encore, parmi celles-ci 50% estiment qu’il est toujours important car « il reste des inégalités à combattre », 23% pensant qu’il est important de « rester vigilant » même s’il n’y a plus d’inégalités. A l’inverse, 20% des femmes considèrent que le féminisme n’a plus de sens, 9% car les femmes ont aujourd’hui les mêmes droits que les hommes et 11% car il n’a jamais fait avancer la cause des femmes.
* Sondage réalisé par l’Institut CSA par Internet du 29 octobre au 07 novembre 2013 auprès d’un échantillon de 1054 femmes âgées de 18 ans et plus, issues d’un échantillon national représentatif de 2015 Français âgées de 18 ans et plus, résidant en France, constitué d’après la méthode des quotas (sexe, âge et catégorie socioprofessionnelle), après stratification par région et taille d’agglomération. 

TOUS EUROPÉENS: Hommage a Constance Le Grip qui a accepté de participer au lancement du premier Prix Européen de l’entrepreneuriat de wimadame à Bruxelles en 2010

A l’approche des élections européennes de 2014, EuropaNova a lancé un cycle mensuel d’auditions politiquesTous Européens ?” qui réunit une fois par mois, pour un face à face, un leader politique français et un député européen. Après les auditions de Karima DELLI/Benoist APPARU et de Philippe JUVIN/Christophe CARESCHE, nous aurons le plaisir d’accueillir Constance LE GRIP et Mathieu HANOTIN pour une audition sur le thème : “L’Europe de la mobilité : fausse bonne idée ou vraie solution à l’emploi des jeunes ?” 

En présence d’un jury citoyen, composé notamment de lycéens de Seine-Saint-Denis et de membres de la société civile, les invités politiques sont interpellés sur leur vision de l’Europe et les raisons de voter aux prochaines élections.

3ème audition : “L’Europe de la mobilité : fausse bonne idée ou vraie solution à l’emploi des jeunes ?”
Constance LE GRIP – Mathieu HANOTIN
_________________________________
Jeudi 5 décembre 2013 – 18h30

Assemblée nationale –  Sixième bureau – 126 rue de l’Université, 75007 Paris

Ouverture par François Vlaminck, Directeur général adjoint, EuropaNova
Modération par Alexandra Lesur, Rédactrice web, Toute l’Europe
18h30 : Le “Face à face”
18h45 : Le “Face aux citoyens” avec comme membres du jury :

–  Des élèves des lycées Jean Renoir (Bondy), Alfred Nobel (Clichy-sous-Bois), Théodore Monod (Noisy-le-Sec)

–  Béatrice Angrand, Secrétaire générale, OFAJ (Office Franco-Allemand pour la Jeunesse)

–  Laurent Allias, Fondateur du CJE (Cercle des Jeunes Entrepreneurs), Directeur de l’Agence Cabare

 


 

 

 

 

 

 


 

 

Laisser un commentaire