Portraits d'entrepreneurs Portraits de femmes (et d'hommes)

Portrait de Femmes wimadame

Ecrit par Martine Abbou

Désireuse de transmission et témoin de la difficulté qu’éprouve les jeunes étudiantes en cette période de crise sanitaire, je voudrais vous présenter Anahita Doukouré, étudiante en biochimie née à Dakar au Sénégal. Émouvante, discrète Anahita un jour m’a contactée avec simplicité. Oser franchir le cap de la timidité, oser se dépasser, beaucoup de jeunes étudiantes aimeraient se lancer dans l‘entrepreneuriat durant leurs études, Anahita doté d’un bien cerveau, souhaite après ses études, repartir au Sénégal pour dynamiser son pays qu’elle aime, à partir de ce postulat, avec confiance en elle, Anahita bouge et prépare son futur.

Quelques lignes sur Anahita
Anahita est née avec l’envie de partager des témoignages de personnes qui excellent dans leur domaine d’expertise. C’est l’occasion pour toute personne qui a osé tenter de montrer l’envers du décor, le travail qu’elle a dû fournir, et livrer des conseils clés pour que les lecteurs puissent atteindre l’excellence à leur tour, et tout ceci gratuitement.
En tant que personne qui apprend mieux à l’aide d’exemples concrets, je sais à quel point il est utile d’avoir une figure emblématique de ce à quoi nous aspirons afin de mieux canaliser nos efforts dans la bonne direction. C’est le but escompté.
Mon objectif à long terme est que Anahita gagne en visibilité, tout d’abord pour venir donner un coup de pouce à plus de personnes dans la construction de leurs rêves, et ensuite afin d’offrir aux personnes interviewées plus de connaissances sur leurs travaux.  Anahita a eu la gentillesse de bien vouloir se dévoiler pour wimadame.

Anahita, qu’aimeriez-vous changer dans votre vie ? Et surtout conserver ?
” Je veux surtout m’instruire davantage et maîtriser de nouvelles compétences, par curiosité d’abord, mais aussi car je pense qu’elles me seront utiles. Il y a tant à découvrir, et à apprendre. Je veux comprendre le monde en profondeur pour mieux appréhender les multiples facettes de notre société.
Ce que je tiens à conserver, c’est mon côté optimiste. Quoiqu’il arrive, il faut garder la tête sur les épaules, ne pas se laisser déborder, trouver des solutions et surtout oser ! Rien ne se concrétise lorsqu’on a la peur au ventre.
Une rencontre qui a marqué votre vie?
Celle avec Martine Abbou. Je l’avais sollicitée la première fois pour une interview sur mon site et c’est avec beaucoup de bienveillance qu’elle a accepté, et pris de son temps pour répondre à mes questions.
Depuis, nous sommes restées en contact. J’ai déjà tant appris avec elle. Sa sensibilité et sa détermination, son envie de voire les femmes qui l’entourent réussir, ne peuvent que m’inspirer à faire mieux moi-même.
C’est cette même énergie que l’on retrouve à travers Wimadame, et qui fait aussi sa force.

De quoi avez-vous particulièrement envie en 2021/2022 ?
De rencontres, de partage,  prendre de la hauteur par rapport au quotidien.
Sur le long terme, je veux à mon tour m’aventurer dans l’entrepreneuriat et éventuellement monter une startup. J’ai quelques idées qui, cependant, nécessitent un peu plus de réflexion et d’approfondissement.
Je pense donc que le mieux pour l’instant serait de maîtriser les compétences nécessaires pour faire fructifier mes projets.

La pandémie, l’arrêt de l’économie, cela a t’il changé votre vision du monde?
Cette pandémie a surpris tout le monde, moi y compris. La vitesse à laquelle on est passé d’un “avant” et “après” covid est fulgurante. Ce dont j’ai pris conscience, c’est à quelle point tout est éphémère : le temps, les activités du quotidien que nous prenons pour acquises et la vie tout simplement. Cela invite à remettre en question nos idéaux.

Nous les sénior, avons le devoir de nous battre pour nos jeunes… Il est primordial d’encourager la jeune génération à devenir entrepreneur de leur vie. Se poser les bonnes questions, bousculer les idées recues, créer un socle de confiance entre les hommes et les femmes, j’attends avec impatience le jour les jeunes filles, assumeront seule ou mieux en partenariat les risques financiers, car oui le rapport à l’argent reste encore bien compliqué. La vie d’une femme, son quotidien est le résultat d’une interaction permanente entre sa vie professionnelle et sa vie familiale. Prenez contact avec Anahita, qui travaille seule… donnez un peu de votre temps…..

doukoupemba@gmail.com
Site web : https://newanahita.com/